Ange P2PFR.com
[NextWarez] Pourquoi la HADOPI est impuissante face aux seedbox ?
Europe/Paris Créée le 14 janvier 2018 à 11h43
Par 111110101011
Consultée 2555 fois

Je renvoie vers cet article publié sur NextWarez: http://nextwarez.com/hadopi-impuissante ... x-seedbox/
... qui lui-même fait référence à cet autre article publié sur NextInpact : https://www.nextinpact.com/news/105695- ... dedies.htm

Pourquoi la HADOPI est impuissante face aux seedbox ? La question mérite d'être posée, donc bien joué NextInpact pour l'avoir directement posée aux concernés.

L'astuce n'est pas si claire, il est dit : « Les problèmes juridiques qui se posent tiennent à la qualification du lien contractuel [entre l'opérateur seedbox et son client] (...) sachant que la procédure de réponse graduée ne peut légalement s’appliquer qu’à la seule personne physique ou morale qui, en tant que titulaire d’un abonnement, est destinataire des recommandations de l’Hadopi. »

Donc pour le moment je ne vois pas en quoi c'est "le contrat" entre l'opérateur réseau qui possède les adresses IPs et fournit la seedbox, et le téléchargeur, qui suffit à débouter la Hadopi.
En quoi ces opérateurs sont-ils différents des FAIs qui collaborent, en fait ?
Ces opérateurs possèdent des adresses IPs qui leur sont propres, et sont vraisemblablement déclarés à l'ARCEP.

De son côté, TMG relève : Adresse IP + Heure, rien de plus.
Il est vrai qu'avec Adresse IP + Heure, on ne peut pas identifier les personnes derrière une adresse IP partagée.
Par contre, on peut avec Adresse IP + Port + Heure. Il s'agit en effet de réseaux NATés : un opérateur seedbox reçoit du traffic (via l'adresse IP exposée) sur un port, et c'est grâce à ce numéro de port qu'il sait à quel client/abonné il faut retransmettre les données.

Il semble en effet que l'absence de la donnée «Port» dans les requêtes d'identification les confronte au problème suivant : tout opérateur qui relaie le trafic de téléchargeurs via une même adresse IP ne peut pas transmettre l'identité de ses usagers.

Après on le tourne comme on le veut. Mais dire que c'est le contrat entre l'opérateur et le téléchargeur qui est la cause du problème, ça me semble mal formulé.
Le problème est plutôt qu'étant donnée la nature du réseau internet, la requête Adresse IP+Heure n'a jamais été réellement identifiante. On ne sait jamais combien il y a d'ordinateurs derrière une adresse IP, ni qui est devant son écran, ni qui fait fonctionner un logiciel P2P.